RDC: Le CICR appelle au soutien psychosocial des victimes des violences(JM de la santé mentale)

La RDC connait depuis plusieurs décennies des confits et guerres sen répétition surtout dans sa partie orientale, situation qui occasionne des problèmes psychosociaux dans les chefs des victimes de différentes atrocités. Occasion pour le Comité International de la Croix-Rouge(CICR) d’inviter le congolais et les acteurs humanitaires à faire de la santé mentale et du soutien psychosocial une priorité en termes de premiers secours délivrés dans les conflits armés et autres situations de violence. Cette organisation humanitaire l’a exprimée le jeudi dernier lors d’une conférence de presse tenue en marge de la journée mondiale de la santé mentale

« Les attaques armées, la destruction des biens, la mort des proches, les blessures par armes, les viols, les enlèvements de personnes, ont des conséquences psychologiques et parfois dramatiques sur les personnes qui vivent ces situations ou en sont témoins. Certaines développent des maladies ou affection mentales, d’autres voient surgir des troubles préexistants. Ces traumatismes rendent impossible à ces personnes de vivre normalement leur quotidien avec la famille ou au travail. Parfois certains de ses traumatismes passent inaperçus, car contrairement à une lésion physique, les blessures ne sont pas visibles, mais n’en sont pas moins dommageables pour la santé » a déclaré Serges Zogg Le Chef de la sous-délégation du CICR au Sud-Kivu et au Maniema

Le Chef de la sous-délégation du CICR au Sud-Kivu et au Maniema Serge Zogg, renseigne que ces troubles mentaux caractérisés par des traumatismes, rendent impossible à ces personnes de vivre normalement dans leurs familles ou au travail, ce qui peut entraîner selon lui, une anxiété légère en passant par la dépression aux troubles des stress post-traumatiques.

Pour soulager les victimes des violences, le CICR contribue dans la lutte contre ce problème à travers plusieurs domaines, comme par exemple la construction des maisons d’écoute où 995 victimes des violences ont été prises en charge gratuitement à travers un accompagnement psycho-social dans les 13 maisons d’écoute que compte le CICR au Sud-Kivu.

« Le CICR construit ou réhabilite des maisons d’écoute pour les victimes des violences ou violences sexuelles. A ce jour dans le Sud-Kivu, près de 13 maisons d’écoute ont été construites ou réhabilitées par le CICR. Dans ces maisons, les personnes victimes de violences peuvent se confier de manière confidentielle aux agents psychosociaux et sont pris en charge gratuitement. Si nécessaire, les victimes sont transférées aux centres de santé les plus proches. Le CICR forme également des agents psychosociaux et des mobilisateurs communautaires. Cette année, environ 40 agents et 60 mobilisateurs ont déjà été formés » indique-t-il

En rappel, la journée mondiale de la santé mentale, est célébrée le 10 octobre, est l’occasion de mieux faire connaître les questions de santé mentale et de susciter une mobilisation dans ce domaine. Cette année, la Journée mondiale de la santé mentale avait pour thème « la prévention du suicide ».

Partager cet article...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*