Le député national Claude Misare dénonce la vente des fiches blanches aux finalistes du secondaire au Sud-kivu !

Le député national Misare Mugomberwa dénonce la vente des fiches blanches aux finalistes du secondaire par certains inspecteurs de l’ESPS au Sud-Kivu.L’elu du territoire d’Uvira l’a exprimé dans une lettre adressée au gouverneur de province et dont copie nous est parvenue ce Vendredi 11 Octobre 2019

Dans cette correspondance, Claude Misare renseigne que ces fiches ne sont pas reconnues par le ministère de l’EPSP et constituent une tracasserie dont sont victimes les parents des élèves en cette période où le gouvernement congolais fournit des efforts pour alléger la tâche aux parents par la supression des frais illégaux.

« Selon nos enquêtes et les plaintes reçues de mon électorat ; j’ai constaté qu’il existe
certains imprimés qui font partie des frais illégaux mais que les Inspecteurs recouvrent illicitement auprès des élèves finalistes de Sixièmes années des humanités en l’occurrence les Fiches Blanches, dites SK1.Des fiches méconnues par le Ministère National de l’EPSP et dont la portée se limite au seul niveau de l’IPP et dans les différentes divisions de l’EPSP en Province. L’imposition illégale de frais de ces Fiches Blanches aux finalistes des sixièmes années des humanités remonte depuis les années 1996
» déclare Misare

Pour décourager cette pratique,l’élu d’Uvira invite le gouverneur à prendre des mesures pour arrêter cette pratique qui sévit seulement au Sud-kivu.

« Tenant compte de tout ce qui précède, qu’il vous plaise de soutenir la politique sociale du chef de l’état en matière de l`Éducation pour tous en : Interdisant administrativement la vente de ces fiches car elles sont illégales ; Mettant en place une Commission qui sera chargée de faire le suivi de l’application de cette démarche de suppression ; Poursuivant en justice tout Inspecteur et toute autorité de l’EPSP qui serait impliqué dans cette pratique illégale.» conclut-t-il

En rappel,cette pratique est observée depuis le début de l’année scolaire 2019-2020 et dont sont victimes les parents des élèves de la ville de Bukavu et des 8 territoires du Sud-kivu.

Partager cet article...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*