Bukavu : Interdiction de la circulation des motos après 22h

Dans le  but de combattre l’insécurité devenue récurrente en ville de Bukavu. Des mesures viennent d’être prise dont l’interdiction de la circulation des motos au-delà de 22h00. Cette décision a été prise mardi 13 octobre par le commissaire provincial de la Police Nationale congolaise/Sud-Kivu (PNC). Dans un communiqué,le commissaire divisionnaire adjoint, Jean Bernard Bazenge Batunuabi, confirme que cette décision avait été prise au cours de la réunion du conseil provincial de sécurité tenue le lundi 12 octobre. A travers le même communiqué, le commissaire provincial de la police du Sud-Kivu évoque également l’interdiction de circulation de tout véhicule avec plaque d’immatriculation temporaire. 

Cité par radiookapi.net ,Jean Bernard Bazenge Batunuabi assure que la police de circulation routière est chargée de l’exécution de toutes ces décisions :

« Vous suivez la situation. Nous sommes en train de vivre une recrudescence de criminalité. Alors, après examen et étude, nous avions décidé, au niveau du conseil provincial de sécurité pour que ces conducteurs motos ne puissent plus circuler à partir de 22 heures. Cela permet à nos éléments de la police ainsi que nos forces de défense qui viennent en renfort pour les patrouilles nocturnes, en ce moment-là, ils entrent en action pour intercepter tous ceux-là qui sont suspects. C’est pour préserver la sécurité de notre population. »

Concernant les ONG ayant des véhicules avec des plaques d’immatriculation temporaire, le commissaire divisionnaire de la police invite les responsables de ces structures à régulariser leur situation.

« Il y a un service de l’Etat attitré, la direction générale des contributions qui s’en occupe. Les responsables des ONG ayant des véhicules avec immatriculations temporaire doivent aller là-bas pour régulariser. Si jamais l’autorité provinciale pourra peut-être voir dans quelles mesures faire certaines exceptions, si possible, mais en tout cas la décision est d’ordre général », a martelé Jean Bernard Bazenge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *